Découvrez plus de 70.000 biens
dont plusieurs milliers proposés
ici et nulle part ailleurs

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies et autres tags pour vous proposer des publicités personnalisées, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux et analyser l’audience du site internet. Certaines informations peuvent être partagées avec des partenaires de Century 21. Pour plus d’informations et paramétrer le dépôt des cookies, cliquez ici. J’accepte. X

Bienvenue chez CENTURY 21 Villeparimo, Agence immobilière VILLEPARISIS 77270

L'actualité de CENTURY 21 Villeparimo

Conjoncture : le renforcement des tensions sur les prix

Publiée le 16/06/2017

Dès le printemps 2015, la capacité des ménages à acheter s’est améliorée presque partout. Elle avait bénéficié d’une amélioration des conditions de crédit conséquente et bien que rapide depuis le printemps 2016, la remontée des prix de l’ancien n’avait pas encore contrarié le rétablissement du marché, ni d’ailleurs son ouverture sur des clientèles plus jeunes et plus modestes rendue possible par la baisse du taux d’apport personnel demandé par les établissements de crédit.

Mais depuis le début de 2017, le renforcement de la hausse des prix n’est plus compensé par l’amélioration des conditions de crédit : les évolutions de l’indicateur national de solvabilité de la demande de l’Observatoire Crédit Logement / CSA qui se dégrade depuis près d’un an, avec un renforcement sensible de cette tendance depuis janvier, illustrent parfaitement cela. D’ailleurs, sur les 34 villes pour lesquelles ont été construits les nouveaux indicateurs Crédit Logement / CSA-LPI et décrivant l’évolution de la capacité des ménages à acheter des appartements anciens, le constat est identique. 

Après un hiver exceptionnel durant lequel la pause habituelle des prix des logements anciens ne s’est pas observée, les vendeurs n’ont pas vraiment révisé à la baisse leurs propositions de prix. Les marges qui étaient déjà à bas niveau ont encore reculé depuis le début du printemps : face à une demande soutenue, le risque de perte des affaires par les vendeurs est réduit, d’autant que les prix signés progressent rapidement. Les vendeurs restent donc ambitieux en matière de prix affichés et pourtant les marges diminuent.

En effet, le rythme de progression des prix signés qui s’était nettement redressé en 2016 se renforce encore : avec en mars, + 3,6 % sur un an. L’année dernière, à la même période, les prix signés augmentaient de 1,1 % sur l’ensemble du marché. Ce sont les prix des maisons qui progressent toujours le plus rapidement, avec + 3,8 % sur un an. Alors que le rythme d’augmentation des prix des appartements est maintenant comparable (+ 3,5 %).

Bien sûr, après une année de progression soutenue et une accélération inhabituelle durant l’hiver dernier, le rythme de progression des prix commence à ralentir dans la plupart des villes de plus de 100 000 habitants. Mais face à une demande qui ne fléchit pas, les tensions sur les prix se maintiennent. La hausse reste très rapide (plus de 5 % sur un an) dans la plupart des grandes capitales régionales.

Extrait - Michel Mouillart, Professeur d’Economie à l’Université de Paris Ouest

Notre actualité